Comité de pilotage Politique de la ville du mercredi 11 avril 2018

 
 
Comité de pilotage Politique de la ville du mercredi 11 avril 2018

Le 11 avril se tenait en préfecture le comité de pilotage Politique de la ville co-présidé par Corinne Orzechowski, préfète d’Indre et Loire et Wilfried Schwartz, vice-président de Tours Métropole Val de Loire, en présence du maire de Tours, des élus de Saint-Pierre des Corps et de Joué-les-Tours, des partenaires signataires du contrat de ville, notamment de la CAF, des bailleurs sociaux, des chambres consulaires, des conseils citoyens et des directeurs des services de l’État concernés.

Les enjeux forts de l’ordre du jour de cette politique publique partenariale, prioritaire et très subventionnée s’articulaient autour :

  •  de la programmation prévisionnelle des subventions tenant compte des 4 priorités du contrat de ville : acquisitions des savoirs de base, actions en direction des 11-17 ans ne fréquentant pas ou peu les lieux ouverts dans les quartiers, actions permettant de lever les freins à l’emploi et de lutter contre les discriminations, animations intergénérationnelles dans les quartiers ;
  •  du rapport pour l’année 2017 de la mise en œuvre de la politique de la ville illustré par la présentation des résultats d’une enquête sur l'évolution de la perception des quartiers de la politique de la ville dans la Métropole de Tours ;
  • de l’état d’avancement de la convention intercommunale concernant le logement social qui fixe des objectifs de mixité sociale et d’équilibre entre les territoires.

La préfète a rappelé les moyens mis en œuvre par l’État, avec le renforcement des subventions aux associations et une augmentation de 200 000 € pour une dotation totale de 1 550 000 €, des crédits de l’ANRU et d’Action Logement pour la rénovation urbaine, les Parcours Emplois Compétences qui favorisent notamment les publics issus des quartiers, les 585 000 € du programme de réussite éducative, et les 220 000 € de dotation politique de la ville spécifique qui sont attribués pour la première fois à la ville de Saint-Pierre-des-Corps, la mobilisation sur le terrain de 20 adultes relais, médiateurs dans les quartiers prioritaires dans le département.

Ces outils s’ajoutent aux moyens du droit commun des interventions publiques de l'éducation nationale, de la santé, de la politique de l'emploi, du logement...

Les débats ont permis de mettre en avant les points forts de cette politique comme les actions à conforter : dans le domaine de la santé, dans l’articulation des interventions hors temps scolaires avec les dynamiques éducatives, l’aboutissement du projet urbain qui devra être présenté aux instances de l’ANRU dans le courant de 2018.

L’association des habitants et des conseils citoyens dans les diverses instances et débats a été présentée. Cette dimension nouvelle de la politique de la ville a été soulignée.