Cher canalisé

Cher "canalisé" : pour un Cher vivant et partagé

 

Pourquoi la continuité écologique sur le Cher est-elle un enjeu important ?

Cher à Veretz

Cher à Véretz - crédit photo DDT37

En matière de continuité écologique* (voir lexique), les enjeux du Cher aval ne se situent pas au niveau local, mais à l’échelle du bassin de la Loire : il s’agit de l’un des sous-bassins offrant les plus grandes potentialités d’accueil et de reproduction pour les poissons migrateurs, du fait de l’absence de grands barrages infranchissables et d’éco-systèmes aquatiques encore relativement préservés

Pourquoi préserver ou restaurer la continuité écologique d’une rivière ?

La création d’une retenue ralentit ou bloque la vitesse d’écoulement naturelle de l’eau et provoque un
réchauffement de l’eau ainsi qu’une baisse de l’oxygène dissous.
La qualité de l’eau et du milieu naturel tend alors à se dégrader : c’est le phénomène d’eutrophisation*, qui a des conséquences dommageables sur le milieu naturel, mais aussi sur les usages tels que le prélèvement d’eau potable, la pêche ou les activités de baignade.

Pour une rivière, à l’image d’une société animale ou d’une association de végétaux, la diversité est une richesse, dont elle tire sa capacité de résistance ou de récupération face aux diverses agressions et évolutions en cours.

Passes à poissons : une passe, ça va... Plusieurs passes, bonjour les dégâts !

Passes à poissons

Passe à anguilles et passe à multi-poissons - crédit photo AELB

Les espèces migratrices fréquentant le Cher n’ont pas toutes les mêmes exigences en matière de franchissement des barrages : une passe à anguilles ne sera pas conçue de la même manière qu’une passe à aloses ou à brochets.
Pour permettre un franchissement non discriminatoire, une passe mixte, « multi-espèces », nécessitant un aménagement assez complexe et d’envergure, doit donc être envisagée.
A supposer tous les barrages du Cher canalisé équipés de telles passes à poissons, pour un taux de franchissement maximum de 65% par barrage dans des conditions idéales, il ne reste plus en amont du dernier obstacle que 1% des géniteurs qui se sont présentés à l’aval du premier.

Continuité écologique et activités touristiques et de loisir : des convergences possibles

Chateau de Chenonceaux

Château de Chenonceaux - crédit photo DDTDirection Départementale des Territoires 37

La restauration de la continuité écologique d’une rivière n’a pas pour but de supprimer tous les barrages : elle est assortie d’un examen global et d’une appréciation précise des contextes locaux, tant en termes de caractéristiques du milieu écologique que d’usages associés aux barrages.

Barrage de Civray

Barrage de Civray - crédit photo DDTDirection Départementale des Territoires 37

Cette approche, véritable analyse coûts / bénéfices des différents enjeux en présence, doit être menée sur les ouvrages du Cher pour évaluer la pertinence du maintien de plans d’eau artificiels auxquels peuvent être associés certaines activités, certains paysages ou éléments du patrimoine. Le plan d’eau de Chenonceaux, soutenu par le barrage de Civray, en est une référence emblématique.

Aiguilles du barrage de Nitray

Aiguilles du barrage de Nitray - crédit photo DDT37

Sur l’ensemble de l’axe du Cher, même barrages abaissés, le développement des activités de loisir et de tourisme itinérantes, en complémentarité avec la vallée de la Loire, comme le projet du « Cher à vélo » ou la pratique du canoë kayak, constitue une piste importante pour le développement local et la valorisation des ressources du territoire.

Le maintien d’une certaine forme d’activité agricole (maraîchage et pâtures), importante en elle-même pour les riverains qui en vivent et l’économie locale, est également essentiel au maintien d’un paysage ouvert, varié et dynamique.

Envisager, ensemble, un avenir durable et acceptable du Cher "canalisé"

 

Payseage de la vallée du cher

Paysage de la vallée du Cher - Crédit photo DDT37

Depuis 2011, l’État, les Conseils généraux d’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher et le Syndicat du Cher canalisé ont convenu de relancer une dynamique de résolution globale de ce dossier, dans une démarche concertée impliquant l’ensemble des acteurs et des populations concernés.
Cette démarche devrait aboutir à définir les termes d’un projet d’ensemble d’aménagement, de gestion et de développement durable de ce territoire spécifique et fragile, dans le respect des enjeux environnementaux, économiques et d’agrément en présence.
Elle s’inscrit dans le cadre de l’élaboration, par l’ensemble des acteurs locaux, du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux) du Cher aval, document de planification, de gestion et de protection de la ressource en eau à l’échelle d’un bassin versant.
L’avenir du Cher canalisé ne peut désormais être envisagé que dans le cadre d’un projet cohérent et équilibré relevant d’une stratégie locale, dont l’acceptabilité et la viabilité seront subordonnées à une prise en compte pertinente des enjeux plus globaux .

Petit lexique

Continuité écologique : pour les milieux aquatiques, se définit par la circulation des espèces et le bon déroulement du transport des sédiments
Eutrophisation : Forme de pollution de certains écosystèmes
aquatiques qui se produit lorsque le milieu reçoit trop de matières nutritives assimilables par les algues et entraînant une prolifération de ces dernières.

Pour en savoir plus :

> La note le Cher dit canalisé - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,25 Mb

> La plaquette en version imprimable - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,66 Mb